HISTORIQUE













 

AH! LES ÉCOLOS!

Alors que notre environnement s'en va chez le diable et que nous avons plus que jamais besoin de citoyens politisés et aguerris car le mouvement pour la protection de l'environnement s'est infantilisé au point d'être devenu une vaste maternelle à «écolos» qui s'amusent à jouer à l'environnement plutôt que de se porter à sa défense!

I'm a frog, you're a frog...

Des «écolos» s'apprêtent à construire des tunnels pour aider les grenouilles à traverser la route 220, dans le canton d'Orford. On a pensé à tout: climatisation, lumière ambiante, barrières de déviation, animateurs (pour les curieux, bien sûr, pas pour les grenouilles!), fermeture de la route lors des premières pluies chaudes et j'en passe! Les élèves des écoles environnantes seront même invités à devenir des brigadiers de la nature équipés d'un imperméable «puncho», une petite lampe et une petite chaudière pour transporter de l'autre bord de la route les amphibiens ingrats qui décideraient de bouder les tunnels de nos «écolos». Ah! j'oubliais! Les pompiers ont promis d'apporter leur collaboration! On parle d'investir près 200 000 dollars dans ce projet de grenouillage contre nature. Il aurait été plus normal que nos «écolos» s'en prennent plutôt au ministère des Transports pour qu'il cesse de construire des routes dans les habitats naturels des grenouilles, et au ministère du Développement durable pour qu'il cesse d'endosser bêtement les bêtises du ministère des Transports!

Quelques semaines plus tard...
Pauvres grenouilles! Toujours pas de tunnel en vue! Mais dernièrement, elles ont vu leur territoire envahi par une meute d'«écolos» qui n'en pouvaient plus d'attendre que le projet se mette en branle. De petites clôtures ont été installées ainsi que des trappes pour capturer les grenouilles! Les grands moyens, quoi! Les grenouilles ont appris à leurs dépens qu'on ne badine pas avec des «écolos» habillés d'imperméables jaunes, armés de petites épuisettes et bien décidés à leur faire traverser la route! L'opération a été un tel succès qu'on a manqué de grenouilles. Les plus évolués parmi les «écolos» se sont alors garrochés dans la nature pour mobiliser de nouvelles grenouilles, manu militari, et leur rappeler qu'à l'avenir elles allaient devoir perfectionner leur instinct en suivant un cours d'Écologie 101. La traversée s'est déroulée dans un tintamarre de cris de grenouilles, les yeux exorbités de terreur! Elles semblaient se poser de sérieuses questions sur l'évolution de la race humaine. Les grenouilles étaient encadrées par un impressionnant dispositif de sécurité assuré par les valeureux pompiers de Saint-Denis-de-Brompton et les policiers de la régie régionale de Magog. Il ne manquait que la fée des lacs, ministre du Développement durable! Les grenouilles n'en demandaient pas tant, bien sûr! Vive la République de l'Estrie!

Et voilà comment on s'amuse au Québec, pendant que notre environnement s'en va chez le diable et que notre ministère de l'Environnement a été assassiné pour être remplacé par le ministère du Développement durable.

De plus en plus fou!
La saga des grenouilles se poursuit. Mais les pauvres grenouilles ne sont plus les seules à subir les écodictats des écolos de la République de l'Estrie qui s'intéressent maintenant aux tortues. Pauvres tortues! Eh! oui. Elles devront elles aussi suivre le cours Écologie 101 de la République de l'Estrie si elles veulent appprendre à survivre dans le nouvel univers que les écolos sont en train de leur fabriquer, en érigeant des îlots de gravier au-dessus de la zone humide, au coeur du marais, pour tenter de créer des conditions idéales de reproduction. Car les tortues qui ont traversé des milliers d'années d'évolution à leurs risques et périls sont incapables d'y arriver par elles-mêmes, tout le monde le sait! En attendant, les écolos viennent de s'associer à Transports Québec, grand destructeur des habitats des grenouilles et des tortues (sous l'oeil complaisant du ministère du Développement durable), pour poser un écriteau, sur la route 220, rappelant aux citoyens du Québec, qu'ils traversent une zone fragile. Pas fous les pontifes de Transports Québec. Ils profitent de la naïveté des écolos pour se présenter comme des protecteurs de l'environnement, alors que c'est à eux et à eux seuls que l'on doit le saccage des habitats naturels des grenouilles et des tortues. Belle mentalité!

Que les castors se le tiennent pour dit!

Les castors n'ont jamais eu la vie facile! Au siècle dernier il était «fashionable» de s'afficher publiquement avec un castor sur la tête, même dans les grands salons! Puis la mode a changé: les chapeaux hauts-de-forme ont disparu. Heureusement d'ailleurs, car les castors n'arrivaient plus à suffire à la demande. Mais le répit a été de courte durée. Les royaumes des castors ont par la suite été envahis par les êtres humains qui ne supportent pas de voir ces bêtes opiniâtres s'agripper à leur habitat naturel avec autant d'entêtement. Il faut les éliminer! Pour justifier le nouveau massacre, on les a d'abord diabolisés. On en a fait des bêtes nuisibles. Mort aux castors! Sus à la biodiversité! Et c'est ainsi que tout récemment, des «néo-écolos» d'une petite municipalité des Laurentides franchissaient la barrière de la folie en décernant le prix Éco-Modèle à une association qui a exterminé les castors en bordure de son lac. Tout un modèle d'écologie!

La Domtar se tord de rire!

Vous connaissez la Domtar? C'est la compagnie qui a fait les manchettes de tous les journaux au Québec (tout en s'attirant les foudres des citoyens de l'Estrie) pour avoir saccagé le mont Sutton. Or, pour un programme de revalorisation intensif des résidus de bois, la même entreprise s'est ensuite mérité le Prix d'excellence en environnement accordé par la Fondation estrienne en environnement et le Conseil régional de l'environnement de l'Estrie ! On croit rêver!

Interdit de manger de la dinde!

Selon le Canadian Turkey Marketing Agency, il se consommerait environ 3.9 millions de dindes au Canada, pendant la période des Fêtes. Foi de Kyoto, il va falloir arrêter ça: ces dindes produisent des gaz à effet de serre! Les bons citoyens ne mangeront plus de dinde à Noël. Pourquoi? Parce que les fourneaux consomment de l'énergie électrique. Un seul fourneau peut consommer jusqu'à 800 watts d'électricité à l'heure. Selon Environnement Canada, chaque fois que vous consommez un kilowatt d'énergie électrique pour faire cuire une dinde,  vous êtes responsable de la production de 233 grammes de gaz carbonique, en moyenne. Ça fait beaucoup de gaz à effet de serre lorsqu'il s'agit de cuire 3,9 millions de dindes. Plus exactement, on parle de 2 665 tonnes de gaz carbonique. Ah! les dindes!

Engin de recherche
Taper un mot clé