PLAN DE GESTION DE LA PÊCHE

TOUT SUR LES TRUITES
DE NOS LACS!
 
Il existe une documentation abondante qui décrit les truites de nos lacs tout en traitant de leurs exigences. De toute cette documentation nous n'avons retenu, dans les textes qui suivent, que l'information qui avait un intérêt pratique pour les pêcheurs et ceux qui désirent mettre un plan de gestion de la pêche sur pied sur leurs lacs.


    La truite mouchetée
    Dans Poissons d'eau douce du Canada, W.B.Scott et E.J. Crossman nous indiquent que la truite mouchetée (Omble de fontaine) fraie à l'automne, la plupart du temps sur des fonds de gravier, en eau peu profonde et à la tête des cours d'eau. Elle peut également frayer sur les hauts-fonds graveleux des lacs, là où il y a remontée d'eau de source et courant modéré. Cette truite a une durée de vie relativement courte et, à l'état sauvage, dépasse rarement 5 ans. Elle atteint la maturité sexuelle à l'âge de 3 ans, quelques individus l'atteignant à 2 ans. La truite mouchetée habite les lacs d'eau fraîche, claire et bien oxygénée. En période de réchauffement des eaux, elle recherche des températures inférieures à 20ºC. Cette truite avale tout organisme qui n'est pas trop grand pour sa bouche: vers, sangsues, crustacés, insectes aquatiques et terrestres et plusieurs espèces de poissons. Elle peut consommer, par semaine, une quantité de ménés égale à 50 p. cent de son poids.

    Dans The Compleat Freshwater Fisherman, Dick Sternberg nous apprend que la truite mouchetée préfère se réfugier en profondeur, en été, à une température variant entre 11ºC et 13ºC. On la trouve rarement lorsque la température est supérieure à 18ºC. Elle peut survivre dans une eau qui ne renferme que 5 milligrammes par litre d'oxygène dissous. Ses exigences en oxygène diminuent à mesure que la température de l'eau s'abaisse.

    Dans Through The Fish's Eye, Mark Sosin et John Clark nous informent que la truite mouchetée préfère les températures variant entre 12ºCet 15ºC.

    Dans L'Univers de la pêche, Jeng Ploug Hansen affirme que l'espèce ne tolère pas les températures supérieures à 21ºC.

    La truite arc-en-ciel
    Dans Poissons d'eau douce du Canada, W. B. Scott et E. J. Crossman nous indiquent que la truite arc-en-ciel fraie au printemps dans les cours d'eau d'entrée ou de sortie des lacs qu'elle habite. Comme site de fraie, elle choisit ordinairement un lit de gravier fin. La durée de vie est de 3 ou 4 ans dans la plupart des lacs mais elle semble être de 6 à 8 ans chez les populations des Grands Lacs. Elle atteint sa maturité à l'âge de 3 à 5 ans. La truite arc-en-ciel réussit le mieux dans des habitats où la température est de 21ºC ou légèrement plus basse. Elle peut toutefois survivre dans des lacs où les eaux de surface dépassent de beaucoup 21ºC durant de longues périodes, en été, pourvu qu'il y ait des endroits plus frais et bien oxygénés où elle puisse se retirer. Pour sa nourriture, elle passe graduellement du plancton aux insectes et aux crustacés et finalement aux poissons qui sont à sa portée. Pour atteindre une grande taille, la truite arc-en-ciel doit pouvoir se nourrir de poissons. Elle se nourrit le plus souvent au fond, mais son aptitude à venir en surface se nourrir d'insectes qui émergent (ou qui sont en train de pondre) est bien connue.

    Dans The Compleat Freshwater Fisherman, Dick Sternberg, nous apprend que la truite arc-en-ciel préfère se réfugier en profondeur, en été, à une température variant entre 13ºC et 16ºC quoiqu'elle puisse aussi fréquenter les eaux allant jusqu'à 21ºC. Elle peut survivre dans une eau qui ne renferme que 1,5 milligramme par litre d'oxygène dissous. Ses exigences en oxygène diminuent à mesure que la température de l'eau s'abaisse.

    La truite grise
    Dans Poissons d'eau douce du Canada, W. B. Scott et E. J. Crossman nous indiquent que la truite grise (Touladi) fraie à l'automne sur les fonds rocheux ou caillouteux des lacs. Elle ne se rencontre que dans les lacs relativement profonds. À mesure que les eaux de surface se réchauffent, elle se retire vers les eaux plus fraîches pour éventuellement atteindre des profondeurs de 40 à 60 pieds. En général, elle préfère des températures d'environ 10ºC. La truite grise est une espèce prédatrice qui se nourrit d'une grande variété d'organismes y compris crustacés, insectes et plusieurs espèces de poissons dont le grand corégone, l'éperlan, la perchaude et le meunier rouge.

    Dans The Compleat Freshwater Fisherman, Dick Sternberg nous apprend que la truite grise préfère les températures froides variant entre 9ºC et 11ºC. Elle meurt lorsque les eaux atteignent une température supérieure à 18ºC. Durant l'été, la truite grise peut descendre jusqu'à des profondeurs de 200 pieds à la recherche d'eau fraîche. Plusieurs lacs offrent des eaux d'une température idéale pour la truite grise mais la teneur en oxygène dissous est souvent insuffisante. La croissance des truites grises est très lente. Elles sont donc très sensibles aux pressions de pêche et peuvent facilement être surexploitées. Dans certains lacs, une truite grise de 10 livres peut atteindre l'âge de 20 ans.

    Dans Wondrous World of Fishes, la National Geographic Society nous informe que les truites grises évitent les eaux de plus de 18ºC pour se réfugier dans des eaux d'environ 7ºC.
     

    La truite brune
    Dans Poissons d'eau douce du Canada, W. B. Scott et E. J. Crossman nous indiquent que la truite brune fraie tard à l'automne ou au début de l'hiver. Les conditions de fraie sont essentiellement les mêmes que celles de la truite mouchetée: eaux peu profondes, à fond de gravier. La truite brune peut aussi frayer sur les récifs rocheux en bordure du rivage. On a signalé la présence de truites brunes ayant jusqu'à 13 ans. La truite brune peut supporter des températures légèrement plus élevées que la truite mouchetée. La température optimale pour la truite brune se situe entre 18ºC et 24ºC. Cette espèce a un régime alimentaire varié comprenant surtout des insectes aquatiques et terrestres, des crustacés, des mollusques, des grenouilles et, naturellement, une grande variété de poissons. Les poissons et les écrevisses occupent une place prépondérante dans le régime alimentaire des grandes truites brunes.

    Dans Le guide du pêcheur en Amérique du Nord, Tom Cofield affirme que la truite brune tolère les eaux chaudes beaucoup mieux que la truite mouchetée ou la truite arc-en-ciel. On dit aussi qu'elle est la seule à pouvoir se développer dans des environnements et des circonstances qui pourraient être fatals à la mouchetée ou à l'arc-en-ciel.

    Dans The Compleat Freshwater Fisherman, Dick Sternberg nous apprend que la truite brune préfère les eaux de 18ºC mais qu'elle peut facilement tolérer des eaux de 24ºC.
     

    Le grand corégone
    Dans Poissons d'eau douce du Canada, W.B. Scott et E.J. Crossman nous indiquent que le grand corégone fraie à l'automne, sur fond dur ou rocailleux, mais parfois aussi sur fond de sable. Le grand corégone est une espèce d'eau froide et de grande profondeur. Au printemps, comme la grise, il émigre des eaux profondes vers les eaux du littoral. Le grand corégone adulte se nourrit sur le fond. Il adore les petits poissons. On a déjà capturé un grand corégone de 28 ans et des spécimens de 20 livres ou plus. C'est une espèce à ne pas dédaigner.

    La moulac
    Dans The Management of Lakes for Stream Trout and Salmon, Merle W. Johnson nous rappelle que la moulac est une truite hybride entre un touladi (femelle) et une mouchetée (mâle). Elle a hérité des caractéristiques de ses parents. Son taux de croissance est plus lent que celui de la mouchetée, mais plus rapide que celui de la grise. Tout comme la mouchetée, la moulac exige des eaux bien oxygénées et une zone de confort d'au moins 2 mètres de profondeur où la température est égale ou inférieure à 18ºC. La moulac est un poisson de pisciculture.

    La ouananiche
    Dans Poissons d'eau douce du Canada, W. B. Scott et E.J. Crossman nous apprennent que la ouananiche serait un saumon atlantique de lac ou d'eau douce. Comme tous les salmonidés, il s'agit d'une espèce exigeante tant sur le plan de la température que sur le plan de l'oxygène. La ouananiche adulte se nourrit de poissons. On dit qu'elle a un penchant pour la ouitouche. Même si la région du lac Saint-Jean est la patrie de la ouananiche, on en trouve dans bien d'autres lacs. Elle peut s'élever en pisciculture.

Engin de recherche
Taper un mot clé